lundi 25 avril 2016

La ménagerie du bout du monde de Carol Birch.

 Salut les lapinous,

Aujourd'hui:

La ménagerie du bout du monde de Carol Birch.

 Dans la crasse des Docklands du Londres victorien, un enfant fait une incroyable rencontre avec un tigre évadé d’un zoo. Le jeune Jaffy Brown est irrésistiblement attiré par le magnifique animal qui va délicatement le prendre dans sa gueule sans lui faire le moindre mal. Cette rencontre fait entrevoir à Jaffy un monde merveilleux, exotique, et éveille l’envie de voyager, loin de la vie tracée pour lui. Des années plus tard, avec son meilleur ami, il s’engage donc sur un baleinier. Le voyage est aventureux et les conduit aux confins de l’océan Indien. Mais, sans le savoir, c’est à la découverte de lui-même que voyage Jaffy Brown. D’aventures en tragédies, le jeune homme découvre sa part d’humanité. Et peut-être même le sens de toute une vie…
Jaffy a huit ans lorsqu'il croise un tigre en pleine rue. Naïf et courageux à la fois, le petit garçon caresse son museau et se fait attraper par la peau du dos, avant d'être sauvé par le propriétaire de cette bête exotique, Mr. Jamrach. Par pitié, Jamrach va engager Jaffy dans sa ménagerie, un endroit magique qui le fascinera pour toujours.. Pas assez pour le retenir pourtant. A quinze ans, il met les voiles avec son meilleur ami afin d'attraper un mystérieux dragon aperçu sur une île. Il est engagé sur un baleinier pour une aventure hors du commun..


J'ai mis une semaine à réussir à écrire sur ce roman. Il fallait digérer tout ça et encore maintenant je suis totalement perturbée à propos de lui. Je ne sais pas si je l'ai adoré ou détesté, je suis partagée entre fascination et dégoût total. 

Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en me lançant dans la vie de Jaffy. Je ne savais pas vers où allait aller l'auteure et je pense que j'aurais été plus motivée à le lire si j'avais su quel genre de chemin elle allait prendre. J'ai pas mal réfléchi s'il fallait laisser le suspense ici ou au contraire parler un minimum de l'histoire pour pouvoir parler de mon ressenti.. C'est compliqué mais j'ai décidé de parler au moins un peu de ce qu'il se passe dans le roman parce que j'aurais apprécié avoir une idée globale de ce qu'il raconte avant de le lire. Si vous ne voulez absolument rien savoir, passez votre chemin.

Au début nous suivons le jeune Jaffy sur les quelques années de son enfance. C'est bref mais suffisant pour qu'on s'attache déjà beaucoup à lui. Le récit en lui-même commence réellement l'année de ses quinze ans, quand il convainc son employeur de l'envoyer avec son ami à la recherche d'un dragon qu'on aurait aperçu sur un île pour le compte d'un riche collectionneur. Vient ensuite le voyage normal d'un baleinier, la plongée dans cet univers est incroyablement glauque et sombre, d'un réalisme prenant, vraiment. On a un peu de mal maintenant parce que cette pratique existe beaucoup moins (enfin, encore trop malheureusement) mais là, on vit avec ces marins, on vit cette recherche intense de cette bête qui les rendra riche. Les scènes de pêche et de "découpe" sont.. dégoûtantes, franchement. Et ce n'est que le début de la fin, pour être honnête. 

A vrai dire, le centre de l'histoire est la suite de toute ça, le naufrage du baleinier qui est en fait inspiré du naufrage de l'Essex, un vrai baleinier qui a fait naufrage en 1820. Cet événement a notamment inspiré Herman Melville pour son fameux Moby Dick et plus récemment on a pu le voir adapté au cinéma dans In the heart of the ocean. (Ce qui est rigolo puisque j'ai vu le film juste après avoir lu le livre encore une fois, sans savoir que c'était le même fond historique.. Dingue.) 

Bref, je n'en dirai pas plus mais j'avais envie de dire que c'est cet événement majeur qui est le plus important et franchement le plus passionnant. Comme dit au début, c'est prenant mais en même temps incroyablement dégoûtant. Intense mais en même temps totalement immonde. J'avais besoin de lire malgré ma répulsion parce qu'il fallait absolument que je sache ce qui allait arriver à l'équipage et surtout à Jaffy! J'ai alors continué avec une curiosité malsaine, presque en fermant les yeux de peur des atrocités qui pouvaient encore arriver.. Et ça continue encore et encore, jusqu'au final qui est écrit avec une justesse qu'avec le recul je salue encore plus.

Ma conclusion, après réflexion, est - je pense - que j'ai adoré ce roman. Après tout, je lis pour ressentir des choses et ce livre m'en a fait ressentir des tonnes, j'ai vibré, j'ai pleuré, j'ai souri.. C'était incroyablement fort et étonnement incroyablement bon.

A découvrir donc. Surtout avec l'écriture de Carol Birch qui est d'une fluidité tellement agréable, on ne peut que se laisser porter par ce récit.. marquant.


Des bisous!

1 commentaire: