vendredi 19 octobre 2018

L’assassin de ma sœur de Flynn Berry.

Salut les poussins,

Aujourd’hui:

L’Assassin de ma sœur de Flynn Berry.

Nora, la petite trentaine, prend le train depuis Londres pour rendre visite à sa sœur dans la campagne. À son arrivée, elle découvre que Rachel a été victime d’un crime barbare. Atomisée par la douleur, Nora est incapable de retourner à sa vie d’avant. Des années auparavant, un événement traumatique a ébranlé sa confiance dans la police ; elle pense être la seule à pouvoir retrouver l’assassin de sa grande sœur. Mais isolée dans ce petit village qui chuchote et épie, isolée – surtout – avec les démons de leur jeunesse sacrifiée, Nora devra souvent se battre avec elle-même pour retrouver la vérité sous la surface brumeuse des souvenirs.

Nora part rejoindre sa sœur dans son petit village de campagne comme souvent le vendredi soir. Repas, balades, un petit programme calme est prévu pour le week-end.. malheureusement c’est un choc en arrivant: Rachel est retrouvée morte par Nora d’une manière sanglante..

Remontent alors de vieux secrets enfouis. Des non-dits, de vieilles rancunes.. Nora se met à fouiller dans la boue pour découvrir qui a osé lui arracher la personne la plus importante dans sa vie.. quitte à découvrir des vérités qui dérangent. 


J’attendais beaucoup de ce roman policier, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de romans de ce genre et j’avais hâte de m’y plonger. L’histoire commence vraiment bien, l’action commence rapidement et on a clairement envie de savoir le fin fond du mystère. Enfin, des mystères car il y en a plusieurs.. 

Nora retrouve donc sa sœur morte en arrivant chez elle pour passer le week-end à la campagne, comme la plupart du temps. Elles sont très proches, on le sent à travers les anecdotes qu’elle nous raconte pendant ses péripéties. Suite à une vieille histoire sordide, notre héroïne a peu confiance en la police et décide de fouiller elle-même pour découvrir qui a fait du mal à sa sœur. Quitte à se mettre dans le pétrin.. On la voit s’enfoncer petit à petit dans la tristesse, la colère, la rancoeur, c’est très crédible et très prenant.

La plume de l’auteure est facile à lire, très agréable. Ça se lit vite, les chapitres sont courts et pas alambiqués pour un sous. C’est quelque chose que j’apprécie toujours dans un roman où on a envie d’être à la fin le plus vite possible. Tout est plausible, rien n'est exagéré, je vous le dis une fois le nez plongé dedans il fallait absolument que je sache car plus on avançait, plus on semblait toucher au but et plus ça semblait génial! J'étais complètement happée par le roman, m'imaginant mille scénarios..   

Et pourtant, pour une fois, le retournement final m'a assez déçue. Que ce soit le retournement en lui-même que la manière dont il est amené. C'est dur d'en parler sans en dire trop mais par exemple je n'ai pas sauté au plafond en criant "MAIS NON???!!!" et j'avoue que c'est ce que j'espérais. C'est compréhensible mais ça arrive un peu comme un cheveu sur la soupe sans crier gare et la surprise, le dénouement, les dénouements en fait sont tous un peu mous et peu surprenants. 

C'est dommage, le livre en lui-même est très bon. Et ceux qui me lisent souvent savent que je suis extrêmement difficile pour les fins de romans, mais genre vraiment vraiment. Du coup, je ne peux que vous conseiller de vous laisser tenter et peut-être que la fin vous satisfera tout de même.

Merci aux Editions Presses de la cité pour cette découverte, 
Des bisous! 


Nouveautés pour les tout-petits aux Éditions Nathan.

Salut les lapins,

Aujourd’hui, petit article pour vous présenter trois petites nouveautés publiées aux Éditions Nathan:




Regarde dans la forêt illustré par Emiri Hayashi. 

Je suis cette collection depuis que mon premier est tout petit. De grands livres cartonnés hyper solides, des textures a toucher et surtout.. plein de tendresse! 

Cet album est hyper accessible, parfait pour introduire le rituel de l’histoire avant le coucher. Toute la collection est conçue pour les bébés, que ce soit dans la facilité de la préhension comme dans le design fait pour attirer le regard. 

Ici nous rencontrons un petit renard qui se balade avec son ami le lapin dans la forêt. C’est l’automne, presque l’hiver, les animaux jouent à cache-cache et font des provisions pour l’hiver. Pas d’histoire pleine d’aventure, juste un petit récit qui permet de montrer et d’apprendre une tonne de choses aux tout-petits. La forêt en elle-même, les animaux qui l’habitent, les couleurs.. le tout avec des tons plutôt flash qui attirent l’œil mais surtout des textures différentes pour que bébé y retrouve également son compte avec ses petits doigts. 






Attrape-moi, petit ours! illustré par Marion Billet.

Cette collection s’enrichit de plus en plus, cette fois nous avons droit à deux petits personnages à faire vivre! On s’adresse cette fois aux plus grands, plutôt dix mois nous dit Nathan. Question de motricité fine j’imagine, tout dépend des enfants bien entendu. Ce livre n’est pas qu’un livre puisqu’il fait aussi un peu puzzle et permet à l’enfant de faire réellement vivre les petits héros du récit. C’est une bonne manière de faire fonctionner les petits doigts aussi et d’apprendre à bien positionner des objets. 

Deux personnages donc, un ours et un poisson. Petit ours est bien seul sur la banquise puisque les pingouins sont occupés avec leurs bébés. Heureusement, petit poisson a très envie de jouer lui! Quatre pages, largement suffisant pour faire passer un bon moment surtout qu’il fait double-activités. 






Mon imagier-jeu des véhicules illustré par Nathalie Choux. 

J’en ai parlé encore et encore de cette collection par ici. Mes nains ont grandi avec et ont appris des tonnes de choses.. maintenant très grands, ils étaient assez jaloux de voir que la collection s’améliorait en proposant maintenant des livres plus grands mais aussi interactifs d’une manière différente par rapport à avant. 

Les véhicules, ça c’est classique, c’était d’ailleurs le chouchou de mon numéroun. Sauf que cette fois, on a droit à un petit jeu sur chaque page: une question Où est le...? et une roue à tourner afin de répondre à la question. Déjà, les nains adorent tourner les roues, c’est bien connu. Mais en plus là, ça leur permet d’apprendre en s’amusant. Et une fois qu’ils savent, de montrer qu’ils savent.. et les nains adorent montrer leur savoir, c’est bien connu. (Sans compter les longs moments où ils tourneront la roue pour le seul plaisir.. de tourner la roue.) 

Une chouette façon de revisiter cette collection qui reste toujours aussi efficace! 




Merci aux Éditions Nathan,

Des bisous! 

samedi 5 mai 2018

Nous, les grands voyageurs.. de Laura Knowles et Chris Madden.

Salut les poulets,

Aujourd’hui:

Nous, les grands voyageurs.. de Laura Knowles et Chris Madden.



J’ai eu un énorme coup de cœur en voyant cet album pour la première fois. Parfois vous le voyez au premier coup d’œil, parfois vous le sentez dès la première page tournée.. j’ai tout de suite été « Waouw », ça ne s’explique pas. 

Cet album, avant d’être beau, est surtout très intéressant. Il parle d’un sujet très vaste: les migrations: terrestres, aquatiques et aériennes.

Chaque page nous présente un animal avec une magnifique illustration et un texte commençant par « Nous sommes les.. ». L’animal se présente puis nous explique les raisons qu’a son espèce de migrer ainsi que leur façon de faire. Il y a de nombreuses espèces différentes, des connues et des moins connues. 

Il se dégage de l’album un amour immense envers les animaux et ainsi qu’un véritable intérêt dans lequel le lecteur se laisse porter, peu importe son âge. Les textes sont intéressants mais ils sont aussi poétiques, très beaux même si très simples afin que ce soit bien adaptés aux plus jeunes. 

Une très belle réussite, le genre de petite pépite à offrir, d’autant plus que le sujet de sensibilisation envers les animaux est toujours un joli message à partager.









Des bisous! 

vendredi 4 mai 2018

Etoiles dans le ciel du Sud d'Elizabeth Haran.

Salut les poulets,

Aujourd'hui:

Etoiles dans le ciel du Sud d'Elizabeth Haran.

Londres, 1954. Estella mène une vie des plus confortables… jusqu’à ce qu’elle découvre que son mari, en plus d’avoir fermé son cabinet d’avocat et dilapidé leur fortune, la trompe.
Le cœur brisé, Estella décide de refaire sa vie en Australie, où un poste de vétérinaire l’attend. Mais la jeune femme n’est pas seule à effectuer la traversée : elle est enceinte.
Arrivée à Kangaroo Crossing, Estella déchante. Peuplé d’une poignée d’habitants, le hameau est infesté de mouches et la chaleur y est suffocante. Et tous observent la nouvelle venue d’un œil suspicieux.
Parviendra-t-elle à gagner le respect et la confiance des habitants du village, plutôt rustres ? Un pari d’autant plus difficile à relever qu’elle leur a caché plusieurs pans de son passé. Et que ce dernier pourrait bien la rattraper…
Dans un décor aussi magnifique que âpre, tous les éléments qui ont fait le succès des sagas de Tamara McKinley et de Sarah Lark se trouvent ici réunis.
Estella pensait mener une vie parfaite auprès de son époux. Alors qu'elle s'apprête à lui annoncer sa grossesse - non réellement prévue mais qui la comble de joie - elle le découvre dans les bras de sa cousine Davina. Après une confrontation, elle apprend que le jeune homme est ruiné et espère bien se la couler douce grâce à sa riche cousine.

Estella prend alors son destin en main et décide de protéger son futur enfant à naître de ce monstre égoïste: elle part s'installer en Australie à Kangaroo Crossing, une petite ville perdue au milieu de nulle part, une petite ville d'où vient son père qu'elle n'a jamais connu, Ross. Elle reprend son cabinet  vétérinaire mais devra apprendre à se faire respecter mais aussi à s'habituer à cet environnement quelque peu hostile..


J'avais lu le dernier Elizabeth Haran Le Pays du soleil rouge et je dois avouer ne pas l'avoir apprécier. L'héroïne n'était pas particulièrement attachante et l'histoire un peu exagérée.. J'avais donc très peur de retrouver ces petits défauts dans Etoiles dans le ciel du Sud mais pas du tout! J'ai tout de suite su en l'ouvrant qu'il me plairait et il m'a donné exactement ce que je souhaitais: un voyage inoubliable dans une Australie sauvage.

Nous sommes tout de suite plongés dans l'histoire d'Estella, le roman commence avec l'annonce de sa grossesse. Nous verrons tout ce qui s'en suit et c'était passionnant. Le voyage ne prend aucune place, c'est réellement son installation là-bas qui est au coeur de tout. Au début, évidemment, personne n'est enthousiaste à l'idée qu'une femme - de la ville en plus - leur dise comment s'occuper de leur animaux et il va falloir beaucoup de courage à la nouvelle arrivée pour qu'il commence à la voir comme un vrai vétérinaire. Elle mettra du temps à s'adapter à tout - notamment à son logement - mais elle n'a rien d'une petite citadine écervelée, elle est juste perdue et loin de chez elle dans un environnement totalement étranger. C'est pourquoi je me suis bien attaché à elle.

A part ça, vous vous doutez bien qu'il y a une petite histoire d'amour. Un classique, rien d'extraordinaire mais très efficace. Ca ne s'étale pas au péril du contexte de base, c'est bien fait, bien jaugé, ça apporte aussi une petite touche de mignonitude dans ce monde si cruel.

 Un très bon roman! Un joli voyage au coeur du bush, une plongée solitaire mais pas que..

Merci aux Editions L'Archipel,
Des bisous!