lundi 16 janvier 2017

Le gardien de la source de Vanessa Terral.

Salut les poussins,

Aujourd'hui:

Le gardien de la source de Vanessa Terral.

« Puis elle le vit. L’individu qui l’observait se tenait en retrait, à l’opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l’assemblée des gens bien nés. D’ailleurs, ceux-ci l’évitaient. C’était presque imperceptible, mais le flot des civilités s’écartait de lui dans une valse consommée. »
En cet été 1814, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d’Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du comte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d’un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n’est plus tout à fait la même…
Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène ? Et pourquoi le mystérieux Lazare, baron d’Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante ?
Après une mystérieuse maladie et une guérison encore plus étrange, Anne-Hélène, une jeune aristocrate plutôt campagnarde voit sa vie complètement bouleversée. Cela ne s'arrange pas avec sa rencontre relation avec Lazare, baron d'Oppedette, un homme qui a su tirer son jeu de trafics et chantages en tout genre..  une fréquentation plutôt déconseillée pour une jeune fille comme elle. Et pourtant! Entre eux, l'attraction est réelle et presque magique, un lien, une espèce de malédiction semble les pousser l'un vers l'autre.. leurs secrets les empêcheront-ils de trouver le bonheur?


Quel livre étrange! J'étais très emballée par le résumé mais j'avoue l'avoir moins été en commençant le roman. L'écriture est poétique mais à un tel point qu'elle en devient presque fatiguante. C'est alambiqué, rempli de métaphores et de tournures parfois à la limite du compréhensible. Il m'a fallu pas mal de temps avant de pouvoir rentrer dedans, presque la moitié du livre à vrai dire. Après, à force, j'ai presque pris du plaisir à découvrir certaines phrases très fortes mais aussi très belles.

L'histoire en elle-même est aussi très compliquée. J'ai peu compris tous les tenants du récit, certaines parties m'ont un peu échappées par manque d'explications et par une volonté de l'auteure de tout entouré de mystère. Certaines choses débarquent un peu de nulle part tandis qu'on nous parle encore et encore d'autres "secrets" qui semblent pendant très très longtemps incompréhensibles. Encore maintenant, je suis sûre d'avoir raté quelques petites choses. La magie a aussi une part très importante, tout est très suréel et je ne m'attendais pas à ce que cela soit à ce point. Pas une magie comme on en rencontre souvent dans les romans d'aujourd'hui, plutôt une magie qui sent l'Histoire, le terroir, les anciennes légendes racontées au coin du feu il y a des centaines d'années.. Surprenant mais pas déplaisant, bien au contraire.

Enfin, il y a pas mal positif tout de même! Les personnages font beaucoup, sans aucun doute. J'ai apprécié Anne-Hélène et sa "transformation" de jeune fille innocente en jeune femme pleine de profondeur. Elle passe par de nombreux stades, passant de la joie de vivre à la mélancolie profonde, elle évolue pleinement, parfois de manière très radicale, j'ai souvent eu peur pour elle. On la voit grandir, mûrir.. devenir prête aussi pour apprécier au mieux notre héros, le fameux Lazare, un personnage torturé comme on les aime. Son passé est trouble et sa vie l'est tout autant ce qui ne le rend que plus attirant. Ses hésitations, ses doutes, ses devoirs, ses attentions.. tout cela fait de lui un personnage que j'ai véritablement apprécié. C'est sans aucun doute pour ces deux héros que j'ai continué le roman, il fallait que je sache comment tout cela allait tourné.

Une surprise donc! En demi-teinte même si j'ai apprécié beaucoup de choses dans ce roman très étonnant.

Merci aux Editions Pygmalion et au site Babelio pour cette découverte,

Des bisous!

1 commentaire: