mercredi 17 août 2016

Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne.

 Salut les poussins,

Aujourd'hui:

Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne.

 A l'aube de la Seconde Guerre mondiale, le petit Pierrot mène une vie insouciante et heureuse à Paris. Devenu orphelin, il rejoint sa tante, en Allemagne dans une maison en haut de la montagne. Sauf qu'il ne s'agit pas d'une maison ordinaire. C'est le Berghof, la résidence secondaire d'Hitler. Pierrot va découvrir un nouveau monde, fascinant et monstrueux.
Pierrot a perdu son père lorsqu'il n'était qu'un petit garçon. Quelques années plus tard à peine, c'est sa mère qui disparaît à son tour. Après un court séjour dans un orphelinat plutôt agréable, il est envoyé dans chez la sœur de son père, une femme qu'il n'a jamais vue. Celle-ci est gouvernante dans une immense demeure dans la montagne qui appartient à Monsieur, aussi appelé Hitler..


J'ai décidé d'étaler un peu le résumé et de dévoiler la "surprise" du livre qui n'en a pas vraiment été une pour moi puisqu'on devine très rapidement qui est le fameux "monsieur" pour qui travaille la tante de Pierrot. Je n'ai pas lu l'autre "grand" roman de John Boyne - Le garçon au pyjama rayé - par contre j'ai vu son adaptation et je l'avais adorée, j'en avais été bouleversée aussi.. Je pense pouvoir dire que ce roman qui tourne aussi autour de la seconde guerre mondiale est largement à la hauteur. Très prenant aussi puisqu'on est au cœur de l'intimité du Führer car notre petit héros devient vite "proche" de ce dernier. Ce petit garçon était innocent et totalement pur en arrivant, à ma grande peine on le voit rapidement changer, influencer par les préceptes du Führer.. C'était glaçant, vraiment. Le fait d'utiliser un petit garçon marquera d'autant plus le lecteur mais il permet surtout de se rendre compte de l'influence que pouvait avoir cet homme, à quel point ses discours pouvaient être convaincants, à un tel point qu'il rend Pierrot méconnaissable, jusqu'à lui faire faire des choses affreuses et profondément tristes, on voit l'évolution d'un être naïf et gentil en un jeune homme sans pitié et à la mentalité affligeante, chapeau bas à John Boyne pour la transcription de cette transformation.

Découvrir l'écriture de John Boyne a aussi été un réel plaisir. C'est aéré, facile à lire malgré le sujet, très léger, je l'ai lu en deux heures à peine. C'est d'autant mieux car cela permet de rentrer très vite dans le roman et vu qu'on a très envie de savoir comment va tourner notre héros, c'est plus pratique!

Un très très bon roman jeunesse qui tourne autour de mon sujet préféré, le tout très réfléchi, très instructif et très touchant.. J'ai adoré.


Des bisous!

1 commentaire: