dimanche 11 octobre 2015

Eleanor & Park de Rainbow Rowell.

Salut les poussins,

Aujourd'hui:

Eleanor & Park de Rainbow Rowell.

Etats-Unis, 1986. Eleanor est une lycéenne trop rousse, trop ronde et est harcelée par tout le monde au lycée. Dans le bus scolaire, elle a l'habitude de s'asseoir à côté de Park, un garçon timide, qui l'ignore poliment. Peu à peu, les deux lycéens vont se rapprocher, liés par leurs passions communes pour les comics et les Smiths.
Park n'est pas populaire mais presque. Sa mère et son père sont follement amoureux, sa maison est la parfaite petite maison du bonheur, il est sportif et intelligent. Tout en lui sonne juste.

Rien à voir avec Eleanor qui débarque dans sa vie avec ses fringues moches et ses problèmes constants. Sa timidité maladive, ses rondeurs, ses cheveux roux frisés, ses sarcasmes permanents, sa peur de parler d'elle..

Petit à petit, ils vont s'apprivoiser et devenir tout l'un pour l'autre, malgré le regard des gens et les mauvaises langues. Malheureusement, parfois cela ne suffit pas..


J'ai acheté ce livre le jour de sa sortie parce que je mourrais d'envie de le lire. Le résumé était prometteur, les blogueuses étaient enthousiastes.. Aussi suis-je une grosse idiote de l'avoir lu après tout ce temps, je l'avoue.

Il ne se passe pas grand-chose dans ce roman, autant être totalement honnête. Tout concerne l'histoire de Park et d'Eleanor, une histoire mouvementée même si elle reste très fermée. Je ne dirai pas que c'est un huit-clos mais presque, chaque scène ou presque ne concerne que nos deux protagonistes, ce qui se passe entre eux mais ce qu'ils pensent aussi.. et c'est juste incroyablement mignon. J'ai eu à nouveau quinze ans et je me suis rappelée ce que c'était, d'être une ado stupide et amoureuse à en mourir. Les mains moites, les premiers baisers maladroits, l'impression que tout risque de s'écrouler si ça se passe mal.. J'ai retrouvé tout ça avec un bonheur intense et je crois que je le dois à l'écriture de Rainbow Rowell - qui m'avait déjà séduite avec Fangirl. Une écriture simple et très forte à la fois, ses mots sont juste.. beaux.

Eleanor avait raison: elle n'était jamais jolie. Elle ressemblait à une œuvre d'art. L'art n'a rien à voir avec le beau, il existait pour faire ressentir des choses.

Park a l'air presque parfait mais il ne l'est pas. Son bonheur constant et la facilité qu'il a pour tout lui donne des préjugés, des préjugés contre lesquels il va se battre grâce à Eleanor. Il a l'air parfois d'un petit garçon pourri gâté et j'ai parfois eu envie de lui donner des baffes pour ce qu'il dit à cette jeune fille ronde qui se sent tellement malheureuse.. et en même temps j'ai eu envie de sourire constamment en le voyant changer petit à petit et comprendre qu'il avait faux. Eleanor elle.. Je me suis beaucoup identifiée à elle sur beaucoup de points ce qui ne me l'a fait aimée que plus encore. Elle est ronde, mal dans sa peau, elle a de terribles problèmes familiaux et est bien décidée à ce que personne ne sache à quel point sa vie est horrible. Park est sa bouffée d'air frais, une raison de se battre malgré tout et de garder la tête hors de l'eau. Je ne dirai pas que j'ai eu pitié d'elle mais j'ai eu terriblement mal au coeur à ses côtés, j'avais envie de donner un coup de pieds aux fesses de sa mère et de son beau-père mais aussi de tous les gens qui auraient du voir mais qui ont préféré fermer les yeux.

A moins que, ça lui traversait l'esprit maintenant, il n'ait reconnu aucune de ces filles. Comme un ordinateur qui recrache une disquette quand il ne reconnaît pas le format. 
Lorsqu'il a touché la main d'Eleanor, il l'a reconnue. Il a su.

J'ai du mal à mettre des mots pour dire à quel point ce roman m'a touchée, vraiment. Je ne sais pas s'il a quelque chose de spécial mais moi, en tout cas, cette sensation d'avoir à nouveau quinze ans.. ça fait du bien parfois. C'est douloureux mais intense, triste mais tellement prenant.. Un roman que je n'oublierai pas de sitôt.

Des bisous!

1 commentaire:

  1. Mais qui n'a pas aimé ce livre ? Moi aussi j'ai tellement adoré ! Une histoire d'amour pure et rare. J'ai moi aussi fait une chronique : http://journalacoeurouvert.blogspot.fr/2016/04/eleanor-park-rainbow-rowell.html

    Mélanie

    RépondreSupprimer