mardi 17 mai 2016

L'amour caché de Charlotte Brontë de Jolien Janzing.

Salut les poussins,

Aujourd'hui:

L'amour caché de Charlotte Brontë de Jolien Janzing.

En 1842, Charlotte et Emily Brontë quittent leur Yorkshire natal pour parfaire leur français à Bruxelles.
D’un naturel enjoué et curieux, Charlotte rêve de conquérir sa liberté. Sur place, elle et sa sœur font connaissance de Claire Heger, la directrice du pensionnat qui les héberge, et de Constantin, son époux, qui y enseigne le français.
Charlotte voit en cet homme le symbole de l'intelligence et de la virilité. Ce maître, qui joue de son pouvoir sur ses jeunes élèves, devient vite l'objet de ses fantasmes, tant intellectuels, physiques que sentimentaux.
Le retour en Angleterre est rude, d’autant qu’avant son départ Constantin lui a avoué qu’il partageait ses sentiments. Charlotte n’aura dès lors qu’une idée : fuir et retourner à Bruxelles pour vivre sa passion, quitte à s’y consumer…
Charlotte Brontë rêve d'ailleurs. Ayant pour but d'ouvrir une école, elle décide d'aller perfectionner son éducation à Bruxelles, dans un pensionnat pour jeunes filles, notamment pour apprendre réellement le français. Elle entraîne dans son aventure Emily, quant à elle totalement réticente à l'idée de quitter ses contrées sauvages mais rassurantes. Toutes deux commencent une nouvelle vie pour six mois, une vie qui sera mouvementée pour Charlotte qui va tomber désespérément amoureuse de Constantin Héger, son professeur, marié et sage père de famille..


J'adore Charlotte Brontë. Jane Eyre était le roman préféré de ma mère quand elle était adolescente aussi l'ai-je lu lorsque j'avais quatorze ans.. et cela m'a fait découvrir la littérature anglaise, un monde que j'apprécie vraiment tout particulièrement. Aussi, quand j'ai vu qu'il y a avait un roman sur cette grande auteure qui sortait, j'ai tout de suite su qu'il me le fallait.. et je n'ai pas été déçue du tout!

J'ai adoré le ton utilisé par l'auteur qui s'adresse directement aux lecteurs, une habitude qu'on retrouve souvent chez les auteurs classiques d'antan. J'ai adoré me sentir plongée dans l'histoire, j'ai adoré me sentir spectatrice de manière si proche, un peu comme si le narrateur et moi étions de petites mouches en train d'espionner Charlotte et sa sœur.. c'était incroyablement bon. (Si je me souviens bien, cette façon de faire m'avait marquée chez Anthony Trollope.) Cela donne un côté léger au roman qui ne l'est pourtant pas tant que cela.

Tout d'abord, j'ai pu découvrir la Bruxelles de 1842, cette ville où j'ai grandi et vécu la plus grande partie de ma vie. Quel bonheur que de la voir à travers les yeux étonnés et émerveillés de Charlotte, de découvrir ses vieilles échoppes, ses hôtels incroyables, sa majestueuse Grand-Place .. mais pas que. L'auteur nous conte aussi beaucoup l'histoire de la Belgique de manière plus générale, une Belgique encore toute neuve, une Belgique qui se découvre et qui se cherche.. L'histoire de son roi Léopold Ier (oncle de la reine Victoria) et de sa maîtresse qui n'est encore qu'une toute jeune adolescente pendant le récit, Arcadie Claret. Elle et sa famille ont un rôle qui prend pas mal de place et j'ai été très intéressée par ce pan de l'Histoire dont j'ignorais tout. 

Charlotte et Emily - qui l'accompagne à Bruxelles - ont déjà les caractères qu'on peut facilement imaginer en ayant lu leurs romans. Charlotte est un peu pareille à Jane Eyre, désirant s'élever et devenir meilleure, tout en restant plutôt modeste et gentille, de manière générale. Chez Emily, j'ai retrouvé le désespoir et la solitude des Hauts de Hurlevent, des manières un peu hautaines aussi mais plus par désintérêt total des gens que par une haine concrète. J'ai vécu et ressenti beaucoup de choses avec Charlotte, de l'amour, de la haine, de l'envie.. et surtout beaucoup d'espoir. Quand on connaît un minimum sa vie on sait comment elle a vécu et même en sachant à quoi ressemblera à peu près le dénouement - on se prend à tourner les pages de plus en plus vite, pressé de voir comment tout cela va se terminer pour son petit cœur.. Avec un personnage comme Constantin Héger cela sent mauvais dès le début. Je n'ai absolument pas été séduite par cet homme un peu rustre mais tellement charmeur - avec tout et n'importe qui - que j'en ai été très vite dégoûtée. Ses manières hypocrites et mensongères m'ont presque gênée et j'ai passé la plupart du roman à avoir envie de secouer Charlotte.. Difficile à lire.

Enfin, c'était surtout passionnant. J'ai adoré, chaque mot, chaque ligne, chaque page.. Partager un bout de la vie d'une de mes auteurs préférés a été un énorme plaisir.


Des bisous!

3 commentaires:

  1. Comme toi, je n'ai pas hésité longtemps avant de me procurer ce roman! ^^ Et après avoir lu ta chronique, je me dis que j'ai bien fait :D (ouf!)! Ton avis enthousiaste me donne envie de le sortir rapidement de ma PAL! ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'adore les soeurs Brontë et surtout Charlotte, alors pourquoi pas ?
    En plus tu as l'air d'avoir adoré ce roman, donc il me donne encore plus envie... Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer